lundi 8 octobre 2012

Le découvreur

Si c'est par hasard que Laurence et Marielle ont rencontré Patrick Kersalé, un soir dans un café, ce n'est pas par hasard qu'elles lui ont parlé de Sopheak. Patrick Kersalé, ethnomusicologue, redonne vie aux instruments anciens des musiques du monde. Installé depuis bientôt deux ans au Cambodge, il s'obstine à reconstituer les instruments de musique de l'époque angkorienne en fouillant les bas reliefs des temples d'Angkor. De la recherche minutieuse du moindre détail sur les pierres d'Angkor, à l'étude des documents, puis la fabrication par des artisans des instruments, l'objectif est de faire connaitre et revivre ces sons oubliés.    
Les cours de musique à l'orphelinat venaient de prendre fin, les instruments réparés continuent de vibrer sous la direction de Sopheak, les matinées du dimanche. 
Patrick a rencontré Sopheak, l'a écouté  et a capté en lui cette graine de très grand musicien. Alors lui confiant les instruments ressuscités, il a fait de chaque après midi un temps d'apprentissage et de répétition. Sopheak depuis plusieurs mois avait abandonné l'école, fatigué de devoir s'adapter à un monde qui n'était pas le sien, le dessin et  la musique lui parlent enfin d'avenir.
Mais si Sopheak a le don, Patrick est aussi le découvreur d'une belle voix, (comment peut il en être autrement d'une si belle personne?) 
et d'un as du tambour, mon filleul Pov a le sens du rythme, 
trouvant d'instinct le tempo pour accompagner la harpe ou le gong khmer. 
Plusieurs projets sont en préparation, pour lesquels Patrick prévoit de solliciter nos jeunes, en créant un groupe de tambours, harpe, gong et voix. Et déjà une animation sonore de son exposition, prévue du 1 au 30 novembre, à l'Institut français du Cambodge, des interventions lors de conférences ou évènements culturels particuliers, en partenariat avec l'Unesco et le ministère de la culture. 
Un vrai travail pour ces jeunes, une opportunité d'ouvrir la porte, et de valoriser leur connaissance en accédant à la culture. Mais surtout de se faire un immense plaisir, parce que franchement qu'est ce qu'ils aiment ça !

Ne dit-on pas que la musique donne des ailes...retour à l'orphelinat après une séance de répétition chez Patrick.


Plus d'infos :
L'histoire de Sopheak
http://blogdemarieo.blogspot.fr/2011/09/il-sest-mis-pleuvoir.html
ou
http://blogdemarieo.blogspot.fr/2012/03/de-la-musique-avant-toute-chose.html

Patrick Kersalé
http://www.cambodge-post.com/?page_id=2729

http://www.geozik.com/tags/Cambodge/

A la demande de Patrick Kersalé je ne présenterais pas de photos des instruments de musique, essentiellement harpes et tambours, son travail fait l'objet de mauvaises copies. Si vous venez au Cambodge courrez vite à l'exposition de l'Institut français de Phnom Penh.

3 commentaires:

  1. Coucou,

    Même si le but du blog n'est pas celui là, très bon anniversaire de ma part et de toute l'équipe ici qui te languit beaucoup beaucoup...
    Profite bien et continue de nous faire voyager. D'ailleurs, tu peux penser à une reconversion en photographe, t'as assuré.

    Je t''embrasse,


    Caro (Gaspard aussi évidemment!)

    RépondreSupprimer
  2. sur un d'instrument de Sopeak et avec la merveilleuse voix de nounou shrey, je te souhaite un joyeux anniversaire. Biz Babeth

    RépondreSupprimer
  3. Puisqu’on en est aux instruments anciens de musique, on va jouer à l’Ancienne un petit air de musique. C’est sur l’air de « joie-yeu-za-ni-ver-sair », qu’on répète trois fois en montant le ton, ponctué à la fin par le prénom de la volontaire à l’unité annuelle supplémentaire
    (mais est-on vraiment volontaire ?).
    A capella, cela aurait été pas mal. C’est moins convaincant par écrit.
    Quant aux travaux de tous ces gens pour redonner du souffle à la tradition musicale khmère c’est super et ne méritent que des encouragements. La vidéo donnée par le lien geozik est d’un excellent niveau tant par la qualité des images, des sons que des commentaires.
    Bravo à tous ces artistes. Bravo à tous ces chercheurs.
    Yannick

    RépondreSupprimer